Faire bonne figure

le groupe Figures de proues, non pas sur la peau de bouc (aucune raison de l’y coucher !) mais sur le réseau social avec un F comme Figure justement, a désormais atteint sa vitesse de croisière, l’occasion de rappeler son objet :

Depuis les temps les plus reculés, les proues des navires se sont ornées de sculptures :

 têtes de cheval sur certains bateaux phéniciens, d’oiseau sur des galères égyptiennes, de dragon menaçant à l’avant des navires scandinaves de l’âge Viking.
Mais ce sont les vaisseaux et frégates des XVIIe et XVIIIe siècles qui ont connu les figures de proue les plus artistiques. Emblèmes religieux ou profanes, images d’un dieu, d’un saint, d’un héros, d’un homme illustre, représentation d’un animal vrai ou fantastique.
La figure de proue avait une double fonction : elle constituait un élément décoratif et servait à identifier le navire. Sur les vaisseaux hollandais, la figure de proue traditionnelle était un lion rouge. Mais, le plus souvent, le thème choisi pour la figure avait trait au nom du navire : c’est ainsi que l’avant de la Flore était orné d’une belle déesse, celui du Royal Adelaide, d’une reine couronnée, celui de l’Océan, d’un Neptune porteur d’un trident.
A la fin du XVIIIe siècle, les figures de proue se simplifièrent. Dans le courant du XIXe siècle, elles disparurent de l’étrave de la plupart des bâtiments. Ce furent les grands voiliers du long cours qui les conservèrent le plus longtemps.

florilège-figures

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s