à hisser !

DSCN0260

Le Saint Olaf Normand flotte sur le château ducal de Falaise

Extrait de Patrimoine Normand n° 79 par Georges Bernage

Nombre de mairies ou édifices normands, officiels ou privés, arborent des drapeaux avec deux léopards. Ce serait la solution générale. Eh bien non ! Tout d’abord, des armoiries ne sont que rarement utilisées dans un drapeau moderne. D’autre part, les îles anglo-normandes et surtout Jersey, mais aussi Guernesey, arborent les trois léopards (d’Angleterre ou de Normandie ?) sur des écus, des timbres et même des billets de banque. Comme nous le savons, les îles sont normandes, et pas anglaises, rattachées, depuis 1204, directement au souverain anglais en tant que duc ou duchesse de Normandie. Cette constatation évidente a séduit nombre de Normands, surtout en Cotentin (Jersey n’étant qu’à quinze kilomètres de Carteret), considérant que les armes de la Normandie auraient comporté trois léopards jusqu’en 1204 et que la version continentale à deux léopards n’aurait été introduite qu’au XIVe siècle par le roi de France pour distinguer le duché de Normandie (continentale) de la Normandie insulaire sous l’autorité du duc et du roi d’Angleterre. Les armoiries à deux léopards seraient ainsi tronquées et abatardies.
Cette thèse fut défendue par le poète Louis Beuve (décédé en 1949) et par l’abbé Marcel Lelégard (décédé en 1994). Ils eurent l’un et l’autre un certain nombre de disciples et nombre de Cotentinais, les groupes folkloriques de cette région et l’hôtel de ville de Coutances, entre autres, arborent des drapeaux aux “trois cats”, témoignage aussi de la fidélité aux héritiers des ducs de Normandie et aux cousins des îles (anglo)-normandes. Notons toutefois que le drapeau de l’île de Sercq est anglais (blanc à croix rouge) avec les armes aux deux léopards dans son quartier supérieur gauche…
Drapeau de Sercq. Drapeau normand à croix de Saint Olaf. Drapeau à croix de Saint Olaf avec quartier à deux (ou trois) léopards
Mais, comme nous l’avons précisé, les bannières médiévales armoriées ont laissé la place aux drapeaux modernes présentant un assemblage de couleurs. Parmi ceux-ci, les drapeaux scandinaves sont tous réalisés sur le modèle du drapeau à croix dit de Saint Olaf. Ce dernier, roi unificateur norvégien, contribua à propager le christianisme et fut même baptisé à Rouen en 1004 par l’archevêque Robert le Danois. Ainsi, en 1937, le célèbre philogue normand Jean Adigard des Gautries, spécialiste des noms de personnes scandinaves en Normandie de 911 à 1066, inventa un drapeau de Saint Olaf normand, de gueules à croix d’or. Mais, il s’avéra ensuite qu’un tel drapeau était déjà celui des autonomistes scaniens, dans le sud de la Suède, réclamant leur rattachement au Danemark. C’est ainsi que fut inventé un dérivé dans les années cinquante, sur le modèle du drapeau norvégien ou islandais : une croix rouge bordée de jaune. Le “Saint Olaf normand” avait trouvé son aspect définitif ; c’est ainsi qu’il fut déposé en 1974 auprès de l’association française d’études internationales vexillologi­ques. Il a ainsi acquis une existence semi officielle. C’est le drapeau qui est mis en avant par le Mouvement Normand mais aussi par des officiels comme le docteur German qui fut maire de Falaise et premier président de la région Basse-Normandie. Ainsi, nous voyons les “trois cats” devant la mairie de Coutances et le “Saint Olaf” devant celle de Falaise. Cela va dans le sens des créations modernes comme le Gwen ha Du breton construit sur le modèle du drapeau américain, bandes noires et blanches symbolisant les évêchés bretonnants et gallos, les hermines du blason cantonnées dans le quartier supérieur gauche. Il existe même une variante du “Saint Olaf normand” avec les léopards placés dans ce quartier. Comme le rappelle le mouvement normand créé au début des années 1970, il a l’intérêt “de représenter la Normandie puisqu’il aurait l’avantage de reproduire à la fois les couleurs normandes et l’héritage historique de la province”.
Ainsi, le rouge et le jaune sont bien les couleurs de la Normandie, le drapeau moderne est bien à croix de Saint Olaf avec éventuellement des léopards dans le quartier. Les armoiries continentales d’après 1204 sont à deux léopards, celle de la tradition ducale et normande insulaire restent “à trois cats”… A vous de trancher et, surtout, de pavoiser.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s